La philosophie du remerciement à Dieu

Pour que le serviteur de Dieu soit reconnaissant, il devra estimer à leur juste valeur les bienfaits qu’il a reçus de Dieu, c'est-à-dire savoir exactement pour chacun des bienfaits dans quel but il l’a reçu, au service de quelle cause il devra l’affecter. Nous avons une définition du remerciement qui est celle-ci : « Le remerciement consiste dans l’utilisation d’une chose aux fins pour lesquelles elle a été créée par Dieu. ». Dieu m’a donné des yeux, je dois regarder avec, je dois m’en servir pour la cause de Dieu et pas seulement dire : merci mon Dieu de m’avoir donné des yeux. Il m’a donné des pieds, je dois me déplacer avec pour la bonne cause, etc. L’intelligence, la pensée, l’affection, les sentiments, les enfants, les biens, la santé et tout autre bienfait dont nous bénéficions, si nous ne les dévions pas de leur destination naturelle et si nous ne les employons pas à d’autres fins, nous aurons agi en êtres reconnaissants envers Dieu.

La philosophie de l’Imâmat chez Mollâ Sadrâ (2)

L’homme est un résumé de l’univers et l’univers est un déploiement de l’homme - principe qui se fonde sur l’idée que le monde a été créé pour l’homme. Un tel principe a pour conséquence que ce dernier porte en lui nécessairement toutes les clefs pour pouvoir le dominer en acte. L’homme est un microcosme, littéralement un petit univers. Et l’univers est un grand homme. C’est ce qu’ont formulé ainsi les célèbres vers attribués à l’Imâm 'Alî (as) : Tu t’imagines être un petit corps /Alors qu’en toi s’est reployé l’univers immense.

Du'â de Fâtima (as)

« Mon Dieu, je Te demande la bonne direction et la piété,

la chasteté (ou la pudeur) et la richesse (ou le contentement) !

Je Te demande la crainte révérencielle de Toi dans le mystère et l’apparent,

et la justice dans la colère !

Mon Dieu ! Prie sur Mohammed et sur la famille de Mohammed

et pardonne mon péché et recouvre mes parties honteuses [mes fautes]!

Mon Dieu ! Dépouille-moi de l’infatuation et de l’ostentation,

de l’orgueil et de l’injustice ! »

La biographie et les enseignements de son Excellence ‘Isâ (as) (3)

En s’interrogeant sur la nature de la qualité des enseignements de ‘Isâ (as) qui fait se rassembler autant de monde autour de lui le temps que dure sa prophétie, on parvient à une spécificité : ‘Isâ (as) s’exprime simplement. Lorsqu’il aborde les questions principales de la religion, il utilise une langue dénuée de termes techniques, adaptée à la compréhension des gens ordinaires. Le plus souvent, il illustre ses propos par ce que l’on peut observer dans la nature et dans la vie humaine. Mais la légèreté du discours et le style oratoire ne sont pas les seules causes sachant lui attirer les cœurs. En vérité, sa réussite réside dans le fait qu’il parle des pensées intimes des gens, de ce qui agite leur for intérieur, usant d’images et d’exemples tirés de leur vie et de leur personnalité. Les enseignements de ‘Isâ (as) sont de deux types : les principes religieux et les enseignements moraux.

Le Coran et la prédestination

Le débat sur la prédestination a commencé officiellement entre les pionniers de la théologie musulmane, durant la seconde partie du premier siècle de l’Hégire. Le sujet a été examiné, analysé et traité sous tous ses aspects. Il fut l'un des premiers thèmes abordé par la nouvelle discipline islamique. Le Coran Glorieux ainsi que les traditions qui nous sont parvenues du Noble Prophète (s) et des Imâms de la Famille du Prophète (as) affirment en toute clarté que toute chose survient en vertu de la prédestination et des conditions de sa survenance, par la volonté de Dieu, soulignent en même temps que l’homme aussi est un agent déterminant de sa destinée et qu’il est responsable de ses actes.

Les sens externes et les sens internes de l’homme

Les êtres que nous voyons autour de nous possèdent une apparence et un fond, une essence. Tout être faisant partie de la nature possède un corps et une âme, une dimension matérielle dans ce monde et une dimension immatérielle et angélique. Par exemple, la prière qu’accomplit un être humain présente une dimension formelle et une dimension ésotérique. Son apparence formelle consiste dans les ablutions rituelles, la direction de La Mecque, le respect de la station debout, de l’inclination, de la prosternation, de la station assise, de la lecture des sourates et des formules de louange et de glorification de Dieu, etc. Quant à sa dimension interne ou spirituelle, elle consiste dans l’âme même de la prière, dans son esprit. Est-elle accomplie par ostentation, par prétention et par d’autres basses intentions ? Ou bien est-elle observée par foi et sincérité ? Ces questions peuvent aussi concerner toutes les autres actions humaines. Car chaque acte présente une signification double selon l’intention qui le crée et le suscite, et selon sa dimension externe et sa dimension interne.

La connaissance de Dieu selon les versets coraniques et les traditions (2)

La connaissance du monde conduit à la connaissance de Dieu et la connaissance de Dieu nous ramène au monde. Mais le fait est que nous n’avons de science et de savoir qu’en proportion de ce que Dieu nous permet de connaître.

L’ascension au ciel de Son Excellence le Masîh (as) d’après le Coran et les hadiths (1)

Dieu parle de l’ascension de ‘Isâ (as) dans les sourates Âli ‘Imrân et Al-Nisâ’. Il dit dans la sourate Al-Nisâ’ (Les femmes) : « Mais Dieu l’a élevé vers Lui ; Dieu est puissant et juste. » (sourate Al-Nisâ’ (Les femmes) ; 4 : 158). La question de l’enlèvement au ciel de ‘Isâ (as) apparaît également dans la sourate Âli ‘Imrân (La famille de 'Imrân) : « Dieu dit : ‘Ô Jésus ! Je vais, en vérité, te rappeler à Moi ; [et même] t’élever vers Moi. » (sourate Âli ‘Imrân (La famille de 'Imrân) ; 3 : 55). Comme nous pouvons le voir, Dieu le Très-Haut indique d’abord qu’Il va le rappeler à Lui, et ensuite qu’Il va l’élever. Dans le saint verset, le nom râfi‛uk / رافعك est attaché à l’adverbe ilâ / الى, il apparaît donc clairement que l’objet de cet enlèvement, de cette élévation, est une élévation spirituelle, et non une élévation extérieure et physique, car Dieu le Très-Haut ne se tient pas en un lieu élevé dans le sens de la hauteur, Dieu n’est pas concerné par les lieux physiques où se situent les corps. Cet événement compte parmi les autres événements miraculeux qui ont été réalisés par ‘Isâ (as), et dont le noble Coran fait le récit. Il n’est ni plus important ni plus étonnant que d’être né d’une mère n’ayant pas pris d’époux, ni qu’il se soit adressé aux gens alors que cela ne faisait que quelques heures qu’il était venu au monde.

Son Excellence Fâtima Zahrâ (as)

La quatrième année de la mission du Noble Prophète (s), Dieu lui fit un présent paradisiaque. Il offrit à l’Envoyé de Dieu un cadeau rare en la personne d’une fille au travers de laquelle allait prospérer sa descendance pure. Certaines prémisses étaient nécessaires à la réception de ce cadeau. C’est pourquoi Dieu avait fait des recommandations afin que l’Envoyé de Dieu et Khadîja (as) soient prêts.

L’annonce de la venue du Prophète par Jésus (as) (4)

Lorsque les responsables de l’Eglise se sont aperçus que la diffusion de la traduction par le mot « Paraclet » servait la vérité coranique, ils ont décidé de tout faire pour en annuler l’effet. Mais il suffit à n’importe quelle personne honnêtement motivée de se référer, dans les bibliothèques, aux anciennes traductions pour retrouver le terme de Paraclet. Nous parlons des traductions françaises que nous connaissons. Ils ont d’abord transcrit paracletos à la place de periclitos, puis ont fait carrément disparaître l’occurrence de ces deux formes dans les éditions nouvelles de la Bible pour les remplacer par Consolateur. Mais cela n’empêche pas que Jésus (as) a bien fait l’annonce de la venue d’un grand prophète après lui, qu’il soit qualifié de « consolateur » ou de « digne de louange ».

Photos aléatoire

Tombe de Marhûm-e Haddâd (ra) - Karbalâ (3) : Mausolée de l'Imâm 'Alî (as) - Najaf (1) : Madresseh Tchahâr Bâgh - Ispahan (18) : Wâdi as-Salâm - Najaf (9) : Mausolée de l'Imâm Hosayn (as) - Karbalâ (3) : Madresseh Tchahâr Bâgh - Ispahan (27) : Wâdi as-Salâm - Tombe de Marhûm-e Qâzî (ra) (1) : Masjed Hakim - Ispahan (10) : Tiflân-e moslem - Irak (2) :

Nous contacter

Accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto.
Nom
E-mail
Message *