Son Excellence Shu‛ayb (as)

Son Excellence Shu‛ayb (as) est l’un des prophètes arabes suscités par Dieu. Son nom apparaît plusieurs fois dans le noble Coran, dans les sourates Al-A‛râf (sourate 7), Hûd (sourate 11), Al-Shu‛râ’ (Les poètes, sourate 26), Al-Qasas (Le récit, sourate 28), et Al-‘Ankabût (L'araignée, sourate 29). A partir des versets du Coran, il est possible de déduire que ce prophète de Dieu (as) a accédé à la prophétie après la chute du peuple de son Excellence Lût (as). Il vit à Madyan, une ville située au nord du Hedjâz, au sud de la Syrie. Il est contemporain de son Excellence Mûsâ (as), dont il devient le beau-père. Parmi les particularités de Shu‛ayb (as) se trouve le fait qu’il éprouve une grande crainte à l’égard de Dieu. Shu‛ayb (as) est un conciliateur, un prophète qui conserve le dépôt qui lui est confié, il compte parmi les justes. Selon le noble Prophète (s), son Excellence Shu‛ayb (a) est le scribe des prophètes (as). Du côté de sa mère, il est de la lignée de son Excellence Lût (as), et du côté de son père, il y a une divergence historique : certains le considèrent comme le fils de Madyan, le fils de son Excellence Ibrâhîm (as), mais d’autres disent que sa lignée provient seulement de gens qui ont eu foi en Ibrâhîm (as).

 

Aux abords de la ville de Madyan vit un peuple auprès duquel Shu‛ayb (as) a été envoyé. Il semblerait que le peuple que le Coran mentionne par le terme de « compagnons d’Al-Ayka » corresponde à celui de Madyan, le peuple de Shu‛ayb (as). Ces gens n’adorent pas Dieu et dans les transactions commerciales, ils trichent sur le poids, empiétant sur les droits les uns des autres. Son Excellence Shu‛ayb (as) commence par les exhorter, employant pour cela une éloquence et une logique solides. Il tâche de les guider vers l’adoration de Dieu, il leur dit : « Abandonnez ces transgressions, sinon le châtiment de Dieu va venir et vous éliminer. » Cependant, les gens du peuple de Shu‛ayb (as) font preuve d’obstination, d’inimitié, ils se moquent de lui et disent : « Tu es devenu un sorcier et tu mens. Tu es un être humain comme nous et tu n’as pas de puissance. » Son Excellence Shu‛ayb (as) poursuit sa guidance, il réussit à instaurer davantage d’intimité avec eux, s’évertuant à les tirer de leur égarement.

 

Certains parmi les exégètes et les historiens disent que les gens de Madyan diffèrent des « compagnons d’Al-Ayka » et forment en fait deux peuples distincts. Selon eux, c’est pour cela que la fois suivante, son Excellence (as) se tourne vers cet autre peuple et commence à les inviter, leur disant : « Je ne vous demande ni récompense ni salaire. Ô gens ! Venez mettre un terme à votre conflit avec Dieu et craignez-Le. Remplissez vos mesures, ne donnez pas moins (que ce que vous devez) et ne faites pas preuve de corruption au sujet de la terre. » Il leur rappelle que leurs prédécesseurs faisaient partie du peuple de son Excellence Nûh (as), de celui de son Excellence Hûd et de celui de son Excellence Lût (as) : « Apprenez la leçon afin de ne point connaître le même destin qu’eux. »

 

Ce prophète de Dieu (as) s’efforce beaucoup regardant son combat et son appel. Or seul un petit nombre a foi en lui. Les autres s’opposent à lui et disent : « Ô Shu‛ayb ! Nous allons te faire quitter la ville, toi et tes compagnons, et si tes partisans ne s’étaient pas interposés, nous t’aurions lapidé. Si tu es véridique en ce que tu prétends, envoie sur nous la foudre et le châtiment. » Son Excellence Shu‛ayb (as) leur répond : « Dieu sait mieux ce que vous faites. » En fin de compte, après un entêtement incessant, ce peuple se voit frappé par le châtiment divin. Un nuage envahit le ciel au-dessus de leur tête. Il semble qu’il contient du feu car il les brûle. Un tremblement de terre se produit et tous ceux de ce peuple sont engloutis dans leur maison. A côté de cela, Shu‛ayb et le petit groupe de ceux qui ont eu foi en lui ont la vie sauve.

 

Il est dit qu’après cet événement, son Excellence Shu‛ayb (as) se rend à Makka avec ses compagnons. Une autre tradition dit qu’il demeure à Madyan après la disparition de son peuple, jusqu’à ce que son Excellence Mûsâ (as) le rencontre et vienne se mettre à son service. Selon la majeure partie des traditions, Shu‛ayb (as) vit environ deux cent quarante ans. Il y a divergence au sujet de sa sépulture. Certains la situe dans l’Hadramaout et d’autres la voient au nord de Shibâm qui se trouve à deux heures de distance de l’Hadramaout.

Jethro (as).

Loth (as).

Moïse (as).

Il peut s’agir d’un bien comme d’une parole.

Abraham (as).

Noé (as).

La Mecque.

Chibâm étant une ville située dans la vallée de l’Hadramaout, il s’agit peut-être d’une ville portant le nom d’Hadramaout.

 

Photos aléatoire

Mausolée de l'Imâm 'Alî (as) - Najaf (5) : Mausolée de l'Imâm Hosayn (as) - Karbalâ (2) : Masjed Hakim - Ispahan (8) : Karbalâ (1) : Masjed Jâmeh' - Ispahan (15) : Wâdi as-Salâm - Najaf (11) : Wâdi as-Salâm - Najaf (5) : Masjed Jâmeh' - Ispahan (6) : Wâdi as-Salâm - Tombe de Marhûm-e Qâzî (ra) (3) :

Nous contacter

Accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto.
Nom
E-mail
Message *