Son Excellence Nûh (as)

Son Excellence Nûh (as) est le shaykh des prophètes (as). Il est le premier des prophètes (as) dits Ûlû al-‘Azm, qui ont apporté un Livre céleste. Tous les prophètes (as) hormis son Excellence Âdam (as) et son Excellence Idrîs (as) sont de la lignée de son Excellence Nûh (as). Dans le hadith, son nom original est ‘Abd al-Ghaffâr, ‘Abd al-Malik ou ‘Abd al-A‛lâ. Il est appelé Nûh (as) en raison de la profusion de ses pleurs et de l’abondance de ses lamentations. Son nom est cité quarante-trois fois dans le noble Coran. Son histoire et celle de son peuple apparaît dans les sourates Al-A‛râf (sourate 7), Al-Mu’minûn (Les croyants, sourate 23), Al-Shu‛arâ’ (Les poètes, sourate 26), Al-Qamar (La lune, sourate 54) et Nûh (Noé, sourate 71), avec davantage de détails dans la sourate Hûd (sourate 11). Après son Excellence Âdam (as), les gens constituent une communauté qui suit la religion de l’unicité et mène une vie simple. Pourtant, le souffle de l’orgueil se répand peu à peu parmi eux. Les puissants oppriment les faibles et les subalternes. Il en résulte une « lutte des classes » où sévit la loi du plus fort, avec pour conséquences beaucoup de querelles et de conflits. En fin de compte, les gens se tournent vers l’associationnisme et l’idolâtrie et s’éloignent tant de la religion de l’unicité, que de la justice sociale. Les plus importantes de leurs idoles dont il est fait mention dans la sourate Nûh (71), sont Wad, Sûwa‛, Yaghûth, Ya‛ûq et Nasr. C’est à cette époque que Dieu envoie Nûh (as) en tant que prophète chez les gens, avec un Livre céleste et la religion de l’unicité. C’est pourquoi la continuité de l’unicité à la surface de la terre est attribuée à son Excellence (as). Et c’est pourquoi Dieu réserve à son Excellence (as) une salutation particulière : « Que le salam soit sur Nûh (as), parmi les mondes. » (Sourate Al-Sâfât (Les rangés) ; 37 : 79).

 

Nûh (as) débute son invitation à Dieu et à Ses signes et s’efforce dans cette voie autant que faire se peut. De jour comme de nuit, en public comme en privé, il rappelle les gens à Dieu et à la vérité. Mais les gens de ce peuple ne lui répondent qu’avec obstination et manifestations d’orgueil. Plus Nûh (as) insiste dans son appel et sa guidance, plus ils se détournent et exacerbent leur mécréance, se moquant de lui et le traitant de menteur et de fou. Cela arrive à tel point que les grands opposants de ce peuple en viennent à déclarer : « Ô Nûh ! Si tu ne cesses pas ces propos et cet appel, nous te lapiderons. » Ces appels et cette résistance de son Excellence Nûh (as) durent neuf cent cinquante ans. Mais, excepté sa famille et un nombre restreint d’individus, personne n’a foi en lui. Son Excellence Nûh (as) en vient à perdre espoir et se plaint à son Seigneur, sollicitant Son aide. Aussi, Dieu lui révèle qu’en dehors de ceux qui ont eu foi, personne d’autre ne le croira ni ne le réconfortera. Alors Nûh (as) maudit son peuple : « Ô Seigneur ! Anéantis ce peuple, qu’il n’en reste pas un seul. » Dieu lui révèle alors : « Construits un bateau selon Mes conseils et ce que Je te révèlerai. »

 

L’arche de Nûh (as)

 

Dieu ordonne à Nûh (as) de construire une arche. Il bénéficie en cela de la confirmation et de l’aide divine. Aussi, Nûh (as) débute la construction du vaisseau dans ce pays qu’aucun rivage ne borde. Les gens passent par petits groupes auprès de lui et se moquent de lui, lui adressant des propos inconvenants. Mais finalement, l’arche est achevée. Une révélation descend de la part de Dieu, lui ordonnant de faire monter dans l’arche un couple (mâle et femelle) de chaque espèce animale. De même, montent dans l’arche sa famille et tous ceux qui ont eu foi en lui, à l’exception de sa traîtresse d’épouse et de son fils.

 

La descente du châtiment et de la tempête

 

Peu à peu, les signes du châtiment apparaissent. Ils consistent en de l’eau qui jaillit du four et de tellement d’eau qui descend du ciel que la terre se change d’abord en sources, puis en rivières qui se mettent toutes à déborder. Tous ces flots se rejoignent et le niveau monte. L’arche se met alors à flotter au milieu d’une houle formant des montagnes puis elle amorce sa route. De là, la tempête se saisit de tout, emportant l’ensemble des oppresseurs et engloutissant tout le monde. Plus tard, Dieu ordonne à la terre de faire baisser les eaux et au ciel de cesser de pleuvoir. Nûh (as) et ses compagnons peuvent alors descendre de l’arche. Ils remercient Dieu et se mettent à l’adorer selon l’unicité et l’islam. La famille de Nûh (as) hérite alors de la terre.

 

La durée de la vie de son Excellence Nûh (as)

 

La durée de sa vie varie de mille à deux mille huit cents ans selon les sources, car il passe déjà neuf cent cinquante ans à inviter son peuple, ce qui correspond à la durée de sa prophétie, même si certains considèrent que ces mêmes neuf cent cinquante années correspondent à la durée de la vie de son Excellence (as). Quoi qu’il en soit, aucun des prophètes (as) n’a vécu autant que Nûh (as). Sa sépulture se trouve à l’intérieur du saint catafalque de l’Imâm ‘Alî (as) dans la ville de Najaf-la-Sainte, en Irak.

Noé (as).

Adam (as).

Hénoch (as).

Il va sans dire que lorsque l’islam est invoqué en ces temps préislamiques, il ne s’agit pas de la religion propre au Prophète Mohammad (s), avec le Livre et la loi qu’on lui connaît, mais bien de la religion éternelle de Dieu, dans son unicité et sa continuité, tous les hommes s’y étant soumis comptant pour des musulmans.

 

Photos aléatoire

Masjed Hakim - Ispahan (13) : Madresseh Tchahâr Bâgh - Ispahan (11) : Masjed Hakim - Ispahan (14) : Mausolée de l'Imâm Hosayn (as) - Karbalâ (1) : Masjed Jâmeh' - Ispahan (15) : Wâdi as-Salâm - Najaf (6) - mausolée de Hûd (as) et Sâleh (as) : Masjed Jâmeh' - Ispahan (13) : Madresseh Tchahâr Bâgh - Ispahan (16) : Madresseh Tchahâr Bâgh - Ispahan (20) :

Nous contacter

Accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto.
Nom
E-mail
Message *