Son Excellence l’Imâm Al-Kâzem (as)

Naissance,  konya et laqab

 

Le septième Imâm chiite, son Excellence Mûsâ ibn Ja‛far (as), est né à Abwâ’, le sept du mois de Safar en cent vingt-huit de l’Hégire lunaire. Son noble père est l’Imâm al-Sâdeq (as) et sa chère mère est Hamîda. Sa naissance procure tellement de joie à son père, l’Imâm al-Sâdeq (as), que son Excellence (as) donne en cette occasion une fête qui se prolonge pendant trois jours et durant laquelle il nourrit les gens de Madîna. Son nom béni est Mûsâ et il a de nombreux laqab et konya. Les plus célèbres de ses laqab sont Al-Kâzem et Al-Sâber, tandis que sa plus célèbre konya est Abû al-Hasan. Sur sa bague est gravée cette phrase : Hasbi Allâh  (Dieu me suffit).

 

Question de l’imâmat

 

Son Excellence Mûsâ ibn Ja‛far (as), que le décret divin fait se charger de l’imâmat de la communauté après son noble père, grandit étape par étape, auprès de son père, bénéficiant ainsi de son extraordinaire instruction, jusqu’à atteindre la perfection. Il traverse ainsi son enfance et sa jeunesse, si bien qu’à la fin de sa vie, la beauté et la splendeur divines sont manifestes sur son visage. Parmi les événements importants survenant au cours de sa jeunesse, se trouve la mort inopportune de son frère aîné, Ismâ‛îl, qui faisait l’objet de grâces divines cachées et préparait le terrain pour son imâmat. L’Imâm al-Sâdeq (as) s’efforce également dans la voie de ce prolongement, dans le but de d’empêcher que l’imâmat ne souffre d’une déviation. Pourtant, par la suite, des groupes apparaissent et expriment leur croyance en l’imâmat d’Ismâ‛îl, après celui de l’Imâm al-Sâdeq (as), niant le fait qu’il soit mort. En fin de compte, après le martyre de l’Imâm al-Sâdeq (as), Mûsâ ibn Ja‛far (as) prend en charge à vingt ans la grande responsabilité de l’imâmat et de la guidance de la communauté, durant l’une des époques les plus troublées qui soient.

 

Epoque de l’imâmat

 

Parmi les difficultés qui surviennent durant les premiers jours de l’imâmat de Mûsâ ibn Ja‛far (as), se trouve la prétention mensongère à l’imâmat de son frère aîné, ‘Abdallâh al-Aftah, qui entraîne une faction derrière lui. De là s’organise le parti appelé « Fatahiya ». Chaque fois que ‘Abdallâh est confronté à la sagacité lumineuse de l’Imâm (as), il essuie une défaite. Les trente-cinq années de l’imâmat de Mûsâ ibn Ja‛far (as) coïncident avec l’apogée de la puissance du pouvoir des Abbassides. Il est le contemporain des quatre dirigeants débauchés et assoiffés de sang que sont Mansûr al-Diwânîqî, Mahdî al-‘Abbâsî, Hâdî al-‘Abbasî et Hârûn al-Rashîd. Son Excellence (as) prend pourtant en charge la lourde responsabilité de l’imâmat et de la guidance de la communauté de la meilleure des manières, et en fonction de la conjoncture qui prévaut à l’époque avec chacun d’eux. Bien qu’il doive affronter des événements terribles et sanglants, comme ce qui se passe à Fakh, lorsqu’un groupe de ses partisans sont injustement livrés au martyre, il ne faiblit pas un seul instant vis-à-vis de son devoir et n’a de cesse de s’efforcer et à se concentrer sur les axes suivants :

 

Premièrement – Il fait la propagande de la religion de Dieu, répand la culture islamique, éclaircit et développe les connaissances et les décrets divins, sous la forme de hadiths tantôt longs et tantôt courts, répond aux questions orales et écrites…

Deuxièmement – Il forme des personnes capables, instruit des étudiants de haut niveau et éminents sur le terrain du savoir, de l’action, de la sauvegarde et de la défense d’eux-mêmes.

Troisièmement  – Il combat sans protection les dirigeants injustes et tyranniques qui ont usurpé le califat, il brise leurs assauts sataniques sur les différents champs de bataille, et interprète les sources divines.

Quatrièmement – Il instruit les compagnons administrateurs, ceux qui sont doués, les autodidactes, et leur donne de l’influence dans les centres névralgiques du pouvoir afin d’investir les ministères et les gouvernorats des provinces, dans le but de neutraliser les destructions et le mal causés à la religion qui sont le fait des ennemis. Il vient tout autant en aide aux opprimés, à ceux qui ont été dépossédés, et il protège l’enceinte des chiites.

Cinquièmement – Il organise les chiites par différents moyens : la pédagogie, la mise en actes, les débats politiques, etc.

 

Dans cette voie, l’Imâm (as) fournit le maximum d’efforts possibles et, lorsque cela est nécessaire, il emploie des leviers extraordinaires tels des miracles, des invocations exaucées, ayant la possibilité pour cela d’employer la science de l’imâmat.

 

Sagacité de l’Imâm (as)

 

La méthode employée par l’Imâm (as) est tellement précise et sentie que les efforts impressionnants ainsi que la surveillance continuelle des dirigeants abbassides, destinés à obtenir des preuves à propos des actions que l’Imâm (as) entreprend, n’obtiennent aucun résultat. L’Imâm (as) réussit tout ce qu’il entreprend dans tous les domaines et progresse inéluctablement. Il est bientôt à l’apogée de son autorité spirituelle et sociale, et de fait, les regards de l’ensemble du monde musulman sont tournés vers lui. En fin de compte, Harûn al-Rashîd intervient personnellement afin que l’Imâm (as) soit arrêté. Au cours d’une mise en scène orchestrée à proximité de la tombe du noble Prophète (s), il intoxique l’opinion contre l’Imâm (as) pour se parer lui-même d’une gloire apparente. Ce faisant, sous le voile de l’équivoque, mettant sur pieds deux caravanes, il l’exile loin de Madîna et le fait mettre plusieurs fois en prison. Hârûn monte des attentats contre l’Imâm (as) à maintes reprises, il y participe lui-même dans quelques cas, mais il échoue à chaque fois.

 

Attentat contre la personnalité de l’Imâm (as)

 

C’est pourquoi Hârûn, s’essayant à une nouvelle stratégie, s’emploie à monter des attentats visant la personnalité de l’Imâm (as). Or, là aussi il essuie des échecs. Ses mises en scènes, ses aveux et son opposition directe ne contiennent pas la partie adverse. Le comportement de l’Imâm (as) en prison, que ce soit dans les domaines de l’adoration, de l’instruction, du rapport aux autres, de l’influence sur l’ami comme sur l’ennemi… est si profond et produit tant d’effets que, pour y mettre fin, Hârûn ordonne à Sanadî ibn Shâhik de livrer l’Imâm (as) au martyre : le vingt-cinq Rajab de la cent quatre-vingt-troisième année de l’Hégire, l’Imâm (as) est victime d’une datte empoisonnée, il a alors cinquante-cinq ans.

 

Martyre de l’Imâm (as)

 

Les nombreux efforts de l’appareil gouvernemental de Hârûn, destinés à maintenir secret le martyre de l’Imâm al-Kâzem (as), ainsi que leurs tentatives de faire passer sa mort pour naturelle, témoignent de la place éminente qu’occupe l’Imâm (as) au sein de la communauté et nous informe sur la manière dont les Abbassides le craignent. Son corps béni qui a supporté tant d’années de captivité est miraculeusement lavé par son fils, l’Imâm al-Rezâ (as), pour être ensuite enseveli dans le cimetière qurayshite de Madîna al-Salâm – à la périphérie de Baghdâd. Sa sainte tombe est l’objet de l’attention de tous et, des années après, quand son petit-fils l’Imâm al-Jawâd (as) sera enseveli auprès de lui, les chiites fondent la ville de Kâzemayn auprès de la terre qu’ils purifient par leur présence. L’Imâm Mûsâ ibn Ja‛far (as) laisse derrière lui un océan sans limites de connaissances islamiques concernant l’unicité, la prophétie, l’imâmat, la vie future, ainsi que des décrets, des notions de civilité pédagogique et morale, sous la forme de milliers de hadiths de toutes les tailles. Il laisse également des élèves particulièrement compétents, l’exemple de valeur que revêt sa biographie, et ce dans différents domaines, ainsi qu’une descendance pure et bénie.

Surnom obtenu par les liens familiaux directs.

Surnom honorifique, descriptif ou autre.

Médine.

Celui qui est triste.

Celui qui est patient.

Le père de Hasan.

Littéralement : « les deux Kâzem ».

 

Photos aléatoire

Wâdi as-Salâm - Tombe de Marhûm-e Qâzî (ra) (4) : Mausolée de 'Abol Fazl al-'Abbâs (as) - Karbalâ (2) : Wâdi as-Salâm - Tombe de Marhûm-e Qâzî (ra) (2) : Wâdi as-Salâm - Tombe de Marhûm-e Qâzî (ra) (3) : Madresseh Tchahâr Bâgh - Ispahan (32) : Masjed Hakim - Ispahan (14) : Madresseh Tchahâr Bâgh - Ispahan (16) : Imâmzâdeh Esmâ'îl - Ispahan (6) : Karbalâ (1) :

Nous contacter

Accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto.
Nom
E-mail
Message *