Son Excellence l’Imâm Al-Jawâd (as)

Naissance 

 

Le neuvième Imâm (as) des chiites se nomme Mohammad. Quantité de konya et de laqab lui sont attribués. Ses laqab les plus célèbres sont Al-Jawâd et Al-Hadî, tandis que la plus connue de ses konya est Abû Ja‛far. L’Imâm al-Jawâd (as) est né au cours du mois de Rajab en cent quatre-vingt-quinze de l’Hégire, à Madîna. Sa naissance a été plusieurs fois annoncée à l’avance par son père. Comme pour les autres Imâms impeccables (as), la naissance de l’Imâm al-Jawâd (as) comporte des spécificités particulières. La mère de l’Imâm (as) se nomme Khayzarân. Elle est de la famille de Maria la copte, l’une des épouses du noble Prophète (s).

 

Enfance

 

L’enfance de l’Imâm al-Jawâd (as), de l’allaitement au moment où il atteint l’âge de sept ans, voit se produire différents événements. A la mort de l’Imâm al-Rezâ (a), l’Imâm al-Jawâd (as) accède à l’imâmat alors qu’il n’est encore qu’un enfant. Ce fait constitue l’un des sujets provoquant le doute et la perplexité, y compris chez certains compagnons du huitième Imâm (as). Pour cette raison, l’Imâm al-Rezâ (as) et l’Imâm al-Jawâd (as) éclairciront ce point en diverses circonstances, pour répondre aux doutes exprimés. Bien que l’Imâm al-Jawâd (as) accède à l’imâmat au cours de son enfance, les dix-sept années de sa fonction composent une période relativement longue et riche en événements.

 

Place de l’Imâm (as) auprès de Dieu

 

En raison de son aptitude, de son mérite et de son don divin, l’Imâm al-Jawâd (as) jouit d’une position sublime auprès de Dieu, du noble Prophète (s), de son noble père (as) et de tous ceux qui ont l’avantage de le connaître. Bien que les ennemis de la religion et les dirigeants contemporains des Imâms impeccables (as) aient continuellement conspirés contre eux, les aient écrasés et méprisés, la vérité, la sincérité et la lumière des Imâms chiites (as) a toujours déjoué leurs plans, les rendant inopérants. Dans certains cas, même les ennemis se sont trouvés sous l’emprise de l’influence émanant de leurs êtres bénis.

 

Mariage

 

Avec l’intelligence et la sagacité qui lui sont propres, l’Imâm al-Jawâd (as) se comporte de telle sorte que le dirigeant tyrannique des Banî ‘Abbâs, Ma’mûn, l’assassin de son père l’Imâm al-Rezâ (as) s’enorgueillit de le choisir comme mari pour sa fille, Omm al-Fazl. Plusieurs événements viennent émailler la vie commune de l’Imâm al-Jawâd (as) et de Omm al-Fazl (jusqu’au moment du martyre de l’Imâm).

 

De l’imâmat au martyre

 

L’autre épouse de l’Imâm al-Jawâd (as) se nomme Samana la Maghrébine. Elle est la mère de l’Imâm al-Hâdî (as). Comme les autres Imâms (as), l’Imâm al-Jawâd (as) passe sa vie à exposer les aspects de l’océan infini de savoir et de sagesse qu’il incarne. Il possède les sciences et les connaissances pures de l’unicité et a reçu les vérités des hautes compréhensions, dans les différents domaines. Le livre de la vie de l’Imâm (as) est comme pour les autres Imâms impeccables (as) empli des feuillets d’or des nobles caractères, de vertus et de miracles, d’invocations exaucées, ainsi que de rapports modestes, intimes et sympathiques avec les compagnons et les amis. La vie pleine de bénédictions de l’Imâm al-Jawâd (as) prend fin avec le plan de Mo‛tesam, le dirigeant abbasside tyrannique, et l’intervention directe d’Omm al-Fazl. Son Excellence (as) boit la coupe du martyre en deux cent vingt de l’Hégire lunaire et est déposé en terre auprès de la tombe de son grand-père, l’Imâm al-Kâzem (as), à Kâzemayn. Bien des discours de l’Imâm al-Jawâd (as) sur des sujets variés sont passés à la postérité, chacun d’entre eux demeurant tel un flambeau étincelant éclairant la vérité, sur la voie de la perfection et de la félicité. Les paroles de l’Imâm al-Jawâd (as) à propos de son noble grand-père, l’Envoyé de Dieu (s), de sa mère, son Excellence Fâtima al-Zahrâ (as) et de son père, son Excellence Al-Rezâ (as), témoignent de l’amour profond qu’il avait pour eux.

Surnom obtenu par les liens familiaux directs.

Surnom honorifique, descriptif ou autre.

Le père de Ja‛far. Dans son cas, on précise parfois qu’il est le deuxième, afin de ne pas le confondre avec l’Imâm al-Bâqer (as), père de l’Imâm Ja‛far al-Sâdeq (as).

Médine.

Littéralement : « les deux Kâzem ».

La lumineuse, l’étincelante.

 

Photos aléatoire

Madresseh Tchahâr Bâgh - Ispahan (4) : Tâlâr-e Zaynabiyyeh - Karbalâ (4) : Masjed Jâmeh' - Ispahan (18) : Masjed Jâmeh' - Ispahan (3) : Mausolée de l'Imâm 'Alî (as) - Najaf (3) : Mausolée de l'Imâm 'Alî (as) - Najaf (6) : Madresseh Tchahâr Bâgh - Ispahan (26) : title : Tâlâr-e Zaynabiyyeh - Karbalâ (1) :

Nous contacter

Accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto.
Nom
E-mail
Message *