Description de la résurrection et de la seconde vie (1)

Quand la volonté de Dieu se sera manifestée et que l’histoire de ce monde aura pris fin, que les dernières des créatures auront rejoint son début et que l’ordre de Dieu se sera réitéré sur la création, alors, les cieux se mettront en mouvement et se déchireront, la terre se mettra à trembler violemment, elle se retrouvera sens dessus dessous, au point que les montagnes s’arracheront de leur base. Face à la grandeur et à la beauté de Dieu, elles s’entre-déchireront, se briseront et tomberont en poussière. Ensuite, Dieu fera sortir de terre chacun de ceux qui y auront été ensevelis. Passé leur lassitude, il leur rendra leur fraîcheur, et après avoir été dispersés, les voilà qui seront rassemblés. Ensuite, il les séparera de nouveau afin d’examiner et d’établir ce qu’auront été leurs actes. Il les séparera en deux groupes : à l’un il donnera des grâces et de l’autre il tirera sa vengeance. Cependant, il installera ceux qui auront été soumis dans la proximité de sa miséricorde et les placera dans le paradis éternel, dans une maison que les habitants n’auront jamais à quitter. Leur vie ne sera jamais amenée à changer, ils n’y connaîtront ni la peur ni la crainte, les maladies n’y pénétreront pas, les dangers ne les y importuneront pas et ils n’auront pas à partir en voyage et à se rendre d’une étape à une autre. En revanche, il installera les pécheurs dans le pire des séjours, leurs mains et leurs pieds seront reliés à leur cou par des chaînes, de telle sorte que leur tête se trouvera toute proche de leurs pieds. Il revêtira leur corps d’une tunique de feu et leur fera subir un tourment nanti d’une ardeur de feu particulièrement intense qui se refermera sur eux dans un effrayant crépitement de flammes. C’est là un lieu dont ils ne sortiront jamais. Il n’y a pas de caution pour ceux qui s’y trouveront enfermés, leurs chaînes ne se rompront pas, la durée de leur châtiment n’étant pas définie, il n’aura pas de fin et rien d’éminent ne pourra intervenir.

 

Les quatre cavaliers du Jour de la résurrection

 

L’Envoyé de Dieu (s) dit : « Le Jour de la résurrection, personne en dehors de nous n’est sur une monture, et nous sommes quatre. » ‘Abbâs ibn ‘Abd al-Muttalib se lève et dit : « Ô Envoyé de Dieu (s), qui sont ces quatre individus ? » Il répond : « Moi, je monte Burâq, qui a le visage d’un être humain. Son espèce est comme celle du cheval, des perles noires sont suspendues à sa crinière, deux chrysolithes vertes pendent à ses deux oreilles, tandis que ses deux yeux sont comme Vénus, brillants comme des étoiles et jetant des rayons comme le soleil. En haut de son poitrail (à la place de la sueur), ce sont des perles qui roulent. Son membre est torsadé, ses pattes sont longues. Son âme est comme celle d’un être humain. Il écoute ce qui est dit et comprend. Il est plus grand que l’âne et plus petit que le mulet. » ‘Abbâs dit : « Ô Envoyé de Dieu (s), qui y a-t-il d’autre ? » Il répond : « Mon frère Sâleh chevauche cette même chamelle que la puissance divine a créée, et que son peuple a poursuivie. » ‘Abbâs dit : « Ô Envoyé de Dieu (s), qui y a-t-il d’autre ? » Il répond : « Mon oncle paternel, Hamza ibn ‘Abd al-Muttalib, le lion de Dieu, le lion de l’Envoyé de Dieu, le commandant des martyrs, monte ma chamelle, qui a pour nom ‘Azbâ’. » ‘Abbâs dit : « Ô Envoyé de Dieu (s), qui y a-t-il d’autre ? » Il répond : « Mon frère ‘Alî chevauche l’un des méharis du paradis, dont la bride est faite de perle humide, et dont le palanquin est ornée de rubis écarlates, sa structure est composée de perles blanches. Une couronne de lumière repose sur la tête de ‘Alî (as), et son corps est recouvert de deux tuniques vertes. Dans sa main, il tient l’étendard de la louange et crie : ‘J’atteste qu’il n’y a de dieu que le Dieu unique, sans associé, et j’atteste que Mohammad est l’Envoyé de Dieu.’ Aussi, les gens disent que cet individu ne peut être qu’un prophète envoyé ou un ange rapproché. De l’intérieur du trône[1], un ange messager arrive et dit que cet individu n’est pas un ange rapproché, ni un prophète envoyé, ni un des anges qui portent le trône, mais qu’il s’agit de ‘Alî ibn Abî Tâleb (as), le wasî[2] de l’Envoyé du Seigneur des mondes, l’Imâm des vertueux, le chef de ceux qui ont les mains et le visage blancs. »

Ce hadith est étrange, parce qu’il livre une description précise de Burâq, tandis que Hamza ibn Abî Tâleb est placé sur le même rang que le Prophète (s) et que ‘Alî (as). (Précisons qu’un hadith étrange est un hadith dans lequel il semble que le sujet est traité de manière opposée à la croyance).

 

Ce qui arrive aux gens le Jour de la résurrection

 

Jâbir rapporte de l’Imâm al-Bâqer (as) : « Ô Jâbir, lorsque survient le Jour de la résurrection, Dieu, Honoré et Glorieux, rassemble les premiers et les derniers afin de purifier la vérité de ce qui est vain. Il invite l’Envoyé de Dieu (s), il invite l’Emir des croyants (as). L’Envoyé de Dieu (s) porte une tunique verte qui illumine l’Orient et l’Occident. Le corps de ‘Ali (as) est également recouvert de cette tunique. Le corps de l’Envoyé de Dieu (s) est habillé d’une autre tunique, de fleurs, qui éclaire de l’orient jusqu’à l’occident, puis c’est au tour de ‘Alî (as) de la porter. Ainsi vêtu, ils montent plus haut. Ensuite, il nous invite à notre tour et nous confie le contrôle du compte des gens. C’est nous, je le jure par Dieu, qui faisons entrer au paradis les gens du paradis et en enfer les gens de l’enfer. Après, il invite les prophètes (as) et deux rangs faisant face au trône de Dieu, Honoré et Glorieux, se trouvent en charge, de sorte que nous nous trouvons dégagés du compte des gens. Lorsque les gens du paradis vont au paradis et ceux de l’enfer en enfer, Dieu l’Honoré envoie ‘Alî (as) afin de conduire les gens du paradis à leur demeure, et de les marier à leur épouse. Je le jure par Dieu, ‘Alî (as) est celui qui marie les habitants du paradis, il leur donne leur épouse, et personne d’autre que lui n’accomplit cela. Ceci est une générosité dont Dieu, Honoré et Glorieux, lui a fait don, une faveur qu’il lui a réservée et offerte. Par Dieu, c’est lui qui emmène en enfer les habitants de l’enfer et qui referme la porte du paradis sur les habitants du paradis après qu’ils y soient entrés, parce que les portes du paradis lui ont été confiées, comme celles de l’enfer lui ont été confiées. »

 

Le hadith de Nûh[3] (as) au sujet du Jour de la résurrection

 

Yûsuf ibn Sa‛îd dit : « Un jour, je me trouvais auprès de l’Imâm al-Sâdeq (as). Il m’a dit : ‘Lorsque paraît le Jour de la résurrection et que Dieu, Béni et Exalté, rassemble les créatures, Nûh (as) est le premier qu’il appelle. Il lui dit alors : As-tu accomplis ton prône ? As-tu transmis ta prophétie aux gens ? Nûh lui répond par l’affirmative. Il lui est alors dit : Qui témoigne pour toi ? Il répond : Mohammad ibn ‘Abdallâh.  Il dit : Que Nûh (as) vienne et garde les gens sous le pied, jusqu’à ce qu’il le dise lui-même à Mohammad (s), qui se trouve sur un monticule de musc, et ‘Alî (as) est auprès de lui, et c’est là le sens de ceux que Dieu dit (sourate Al-Molk (La royauté) ; 67 : 27) car ceux qui s’approchent de lui et ont fait preuve de mécréance voient leur visage noircir.  Nûh (as) se tourne vers Mohammad (s) - : Ô Mohammad, en vérité, Dieu, Béni et Exalté, m’a demandé si j’avais transmis la prophétie. Je lui ai dit : Oui. Alors il m’a demandé : Qui témoigne pour toi ? J’ai dit : Mohammad. Mohammad se tourne alors vers Ja‛far et Hamza et dit : Allez témoigner qu’il a transmis la prophétie.’  L’Imâm al-Sâdeq (as) m’a dit alors : ‘Ainsi, Ja‛far et Hamza sont tous les deux ceux qui témoignent pour les prophètes, afin de savoir lesquels ont accompli leur prône.’  J’ai demandé : ‘Que je sois ta rançon, alors où se trouve ‘Alî (as) ?’ Il me répondit : ‘Sa place et son degré son plus élevés que cela.’ »



[1] Le trône divin, porté par quatre archanges.

[2] Le curateur, l’exécuteur testamentaire.

[3] Noé (as).

 

Photos aléatoire

Madresseh Tchahâr Bâgh - Ispahan (13) : Masjed Hakim - Ispahan (3) : Madresseh Tchahâr Bâgh - Ispahan (28) : Madresseh Tchahâr Bâgh - Ispahan (11) : title : Masjed Jâmeh' - Ispahan (8) : Madresseh Tchahâr Bâgh - Ispahan (23) : Madresseh Tchahâr Bâgh - Ispahan (8) : Masjed Jâmeh' - Ispahan (15) :

Nous contacter

Accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto.
Nom
E-mail
Message *