Les axes de l’appel de son Excellence Ibrâhîm (as)

1 - Blâme de l’idolâtrie

 

Dieu dit : « Vous adorez donc, en dehors de Dieu, ce qui ne peut ni vous être utile en quoi que ce soit, ni vous nuire ? Honte à vous et à ce que vous adorez en dehors de Dieu ! Ne comprenez-vous pas ? » (sourate Al-Anbiyâ’ (Les prophètes) ; 21 : 66 et 67).

 

2 - Désaveu de l’idolâtrie et des idolâtres

 

Dieu dit : « Je m’éloigne de vous et de ce que vous invoquez en dehors de Dieu. » (sourate Maryam (Marie) ; 19 : 48).

 

3 - Annonce du désaveu de l’adoration de ce qui n’est pas Dieu

 

Dieu dit : « Nous assignons un Démon comme compagnons inséparable, à quiconque se détourne du souvenir du Miséricordieux. » (sourate Al-Zukhruf (L'ornement) ; 43 : 36).

 

4 - Appel à l’adoration innée, naturelle

 

Dieu dit : « Abraham dit à son père et à son peuple : ‘Je désavoue ce que vous adorez, mais non celui qui m’a créé, car c’est lui qui me guide.’ Dieu a perpétué cette parole chez les descendants d’Abraham. Peut-être reviendront-ils... » (sourate Al-Zukhruf (L'ornement) ; 43 : 26 à 28). Ibrâhim[1] (as) annonce : « Je me dissocie de vos idoles et n’adore que Celui qui m’a créé, et qui me guidera. » Ibrâhîm (as) établit le mot tawhîd / توحيد / monothéisme en tant que notion permanente pour les générations qui viendront après lui. Dans ces trois versets, il commence par faire du désaveu des païens l’un des axes de son appel. Il invite ensuite à l’objet de l’adoration naturelle et véridique. Il fait de l’invitation au tawhîd / توحيد / monothéisme une consigne laissée pour sa descendance afin que, par ce moyen, elle revienne vers Dieu.

 

5 - Evitement de l’adoration de Shaytân[2]

 

Dieu dit : « Ô mon père ! N’adore pas le Démon ; le Démon est rebelle envers le Miséricordieux. » (sourate Maryam (Marie) ; 19 : 44). Dans ce saint verset, lorsque son Excellence Ibrâhîm (as) met son père en garde contre l’adoration de Shaytân, il explique le motif de ce conseil de cette manière : Shaytân s’est rebellé contre Dieu le Très-Miséricordieux et ne s’est pas soumis à Son commandement. Ce commandement englobe un cercle étendu et concerne tous ceux qui se rebellent contre les ordres divins ; or, Shaytân est l’un des insoumis et des rebelles avérés. Par conséquent, à partir de cette parole servant de critère, il est possible de comprendre que Shaytân est celui qui se détourne de la soumission à Dieu, aussi, lorsque l’on rencontre de tels spécimens, il faut faire attention à ne pas se soumettre à eux et à ne pas les suivre.

 

6 - Présentation du véritable Seigneur

 

Dieu dit : « Ces idoles me sont un ennemi et non le Seigneur des mondes, qui m’a créé.  C’est lui qui me dirige ; c’est lui qui me nourrit et qui me donne à boire ; c’est lui qui me guérit, lorsque je suis malade. Il me fera mourir, puis il me rendra la vie, c’est lui qui, selon mon ardent désir, me pardonnera mes fautes le Jour du Jugement. » (sourate Al-Shu‛arâ’ (Les poètes) ; 26 : 77 à 82). Comme Ibrâhîm (as) se trouve en relation avec des gens qui ne comprennent que ce qu’ils voient, pour décrire le Seigneur, il a recours à des exemples palpables comme « le fait d’être créé, de manger, de boire, de guérir d’une maladie, de vivre et de mourir, de se faire pardonner ses péchés » et s’efforce de montrer qu’il est dans l’ordre des choses que chaque phénomène constitue en soi une cause et au-delà de ces causes, il présente la cause première, la cause de toutes les causes, de manière à ce que ces causes apparentes et liées entre elles ne représentent pas pour ces gens ignorants un motif d’associationnisme à Dieu.

Que ce soit par les exemples les plus simples (comme le fait de se désaltérer et de se sustenter), jusqu’aux exemples les plus complexes (que sont l’existence, la vie, la guidance et la mort), Ibrâhîm (as) s’efforce, sans citer les liens de cause à effet, de faire en sorte que tout soit directement attribué à Dieu, afin que les gens recherchant la vérité comprennent mieux.

 

7 - Evocation de la question de la résurrection et avertissement à son propos

 

Dieu dit : « Il dit : ‘Vous n’avez adopté les idoles en dehors de Dieu que par amour mutuel en ce monde ; puis, le Jour de la Résurrection, vous vous renierez les uns les autres, vous vous maudirez les uns les autres, tandis que votre refuge sera le Feu et que vous n’aurez pas de protecteur. » (sourate Al-Ankabût (L'araignée) ; 29 : 25). Dans ce saint verset, son Excellence Ibrâhîm (as), évoque la question de la résurrection et avertit à son propos afin de sauver les gens de l’idolâtrie. Il expose également cette spécificité de la résurrection : « Là, les vérités vous seront révélées, et cette révélation des vérités causera le fait que vous vous entre-maudirez et que vous ressentirez du dégoût les uns pour les autres. Cependant, ceci sera inutile et ne vous sera d’aucun secours. »

 

8 - Invitation à l’islam [c'est-à-dire à se soumettre au commandement divin]

 

Dieu dit : « Abraham a ordonné à ses enfants : et Jacob fit de même : ‘Ô mes enfants ! Dieu a choisi pour vous la Religion ; ne mourez que soumis à lui. » (sourate Al-Baqara (La vache) ; 2 : 132). Après s’être soumis à l’ordre de Dieu, Ibrâhîm (as) dit : « Je me suis soumis à l’ordre du Seigneur. » Dès lors, il considère que cet état est ce qui convient le mieux à tous, que c’est l’état qui apportera la félicité à tous. Il les invite donc sur cette voie de la religion naturelle, et il inaugure cet appel avec ses propres descendants.

 

9 - Invitation à adorer Dieu et à se prémunir du châtiment

 

Dieu dit : « Nous avons envoyé Abraham. Il dit à son peuple : ‘Adorez Dieu ! Craignez-le ! C’est un bien pour vous, si vous saviez ! » (sourate Al-Ankabût (L'araignée) ; 29 : 16). Selon ce verset, son Excellence (as) appelle son peuple à deux choses : il l’invite à adorer le Seigneur des mondes (monothéisme), et le met en garde contre le châtiment divin.

 

10 - Un pacte solide avec Dieu

 

Dieu dit : « Lorsque nous avons conclu l’alliance avec les Prophètes, et avec toi, avec Noé, Abraham, Moïse et Jésus, fils de Marie ; nous avons conclu avec eux une alliance solennelle (afin qu’ils ne fassent pas preuve de faiblesse quant à leurs responsabilités concernant la propagation et la révélation). » (sourate Al-Ahzâb (Les coalisés) ; 33 : 7). Dieu engage Ses prophètes (as) à offrir une invitation ferme et résolue, car en l’absence d’une telle fermeté ils ne sauraient être à la hauteur de la prophétie et de la révélation.

 

11 - Exposition étendue du savoir divin et attention portée à sa primauté

 

Dieu dit : « Ô notre Seigneur ! Tu connais parfaitement ce que nous cachons et ce que nous divulguons. Rien n’est caché à Dieu sur la terre et dans le ciel. » (sourate Ibrâhîm (Abraham) ; 14 : 38). Dans ce saint verset, son Excellence Ibrâhîm (as) appelle les gens à Dieu, à qui rien n’est dissimulé et à qui il n’importe pas que les choses soient cachées ou apparentes. Si cette réflexion est renforcée par la foi, elle aura une influence très bénéfique sur la vie des êtres humains, et il se peut qu’une telle foi puisse les immuniser contre toutes les fautes. Les prophètes (as) appellent avec certitude à un Dieu qui n’est limité en rien, et qu’aucune dimension ne restreint, notamment la dimension du savoir s’étendant sur toute chose.



[1] Abraham (as). (Les notes sont du traducteur et les traductions des passages du Coran de Denise Masson).

[2] Satan.

 

Photos aléatoire

Masjed Hakim - Ispahan (16) : Wâdi as-Salâm - Najaf (9) : Madresseh Tchahâr Bâgh - Ispahan (24) : Masjed Hakim - Ispahan (10) : Madresseh Tchahâr Bâgh - Ispahan (30) : Imâmzâdeh Esmâ'îl - Ispahan (5) : Imâmzâdeh Esmâ'îl - Ispahan (6) : Madresseh Tchahâr Bâgh - Ispahan (21) : Mosquée de Koufa (1) :

Nous contacter

Accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto.
Nom
E-mail
Message *